Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/10/2011

Je me souviens, Rebecca

je me souviens.jpgCelui qui se souvient, c'est André Durand, un vieil homme habitant de Chambon-sur Lignon. Ce village du Massif central, comme d'autres dans la région, de tradition protestante, et tous leurs habitants ont été reconnus en 1990 par le gouvernement israélien comme Justes parmi les Nations pour leur action en faveur des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. De cette disctinction rare, l'auteur Nathalie Somers qui s'est inspirée de la famille de sa mère pour décrire celle de son jeune héros, ne parle pas, mais revient sur l'acte de courage de ces femmes et de ces hommes, la plupart fermiers, qui cachèrent des Juifs, surtout des enfants, pour les sauver de la déportation. A travers le personnage d'André, adolescent à l'époque, l'auteur décrit le quotidien de cette lutte secrète menée par les descendants de camisards. Une action héroïque menée par le pasteur André Trocmé, M. Perrin dans le roman, à laquelle se joignirent de très jeunes gens. Tel cet André, fils d'un paysan bourru et veuf, qui doit élever seul ses nombreux enfants. L'arrivée de la belle Simone, à la chevelure rousse étincelante n'est pas étrangère à l'engagement d'André, devenu messager pour un chef de la Résistance. En même temps que la prise de conscience de l'horreur de la guerre, il connaît ses premiers émois amoureux. Un amour que jalouse son petit frère, qui dénoncera Simone. La jeune fille doit alors passer en Suisse, pour fuir. Sa Rébecca (l'ado lui avait choisi secrètement ce prénom après avoir aperçu son mouchoir brodé à son initial), André ne la reverra que bien des années plus tard, lors de la commémoration de cette action de résistance.

Un roman historique poignant retraçant des faits réels pour découvrir un épisode marquant de la seconde guerre mondiale et la tradition de résistance des huguenots.  Dès 12 ans.

C.B.

Nathan poche. 224 pages. 5, 50 euros.

Les commentaires sont fermés.